• Giro del Re di Pietra (06-2019)

    Giro del Re di Pietra

    Tour du Mont Viso - Monviso - Monte Viso

    Au départ de : Grange del Rio

    Alpi del Piemonte

    4 giorni - 3 notti

    [2003, 2007, 2016 (6 jours), 2019]

     

    Après 2 h 30 de route, nous voilà rendu au Col Agnel - Colle dell'Agnello 2744 m. Nous disons « au revoir » au Queyras – et accessoirement à la France, et plongeons vers l'Italie plus exactement vers le Val Varaita, sur une route plutôt étroite, assez sinueuse, où le croisement peut être quelque peu sportif, surtout lorsque l'on a en face de soi un camping-car ! Nous sommes fin juin, on aurait pu croire qu'il y ait peu de monde en cette fin de semaine, mais il semblerait que la chaleur quasi caniculaire ait attiré un bon nombre de personnes vers les hauteurs pour humer l'air presque (mais pas tout à fait) vif de la montagne ! Les parasols et autres chaises longues sont de sortie versant italien – si si –. C'est à qui rivalisera avec le plus d'audace, pour s’étaler sur les différents et nombreux virages que compte la route. Après ce court et champêtre intermède nous voilà rendues. Nous déposons notre carrosse sur le bord de la route, sur une sorte de parking improvisé.

    Après trois heures de roulis et de tangage, ça fait du bien de prendre l'air – même un peu chaud -. Nous nous affairons aux derniers préparatifs, histoire de ne rien oublier ou presque. Strappage en bonne et due forme, de mon pied un poil fatigué, mais toujours prêt pour l'aventure ; laçage des chaussures ; réglage du sac et des bâtons, et hop c'est parti pour 4 jours. 4 jours autour du mythique Viso (je n'engage que moi, ici, of course !!). Cela fait tant de fois que je tourne autour, qu'à force certains se demandent comment j'ai fait pour ne pas lui « sauter » dessus ! Plus jeune, et en forme, peut-être, aujourd'hui, ça m'amuse plus, de marcher et de faire des « ronds », voire parfois du « tout » droit Tour du Monviso (06-2019)

    Pour cette première journée, l'étape n'est pas très compliquée : il suffit ici de se laisser porter, et de mettre un pied devant l'autre, et de filer tout droit en remontant le très joli Vallone di Soustra. Ayant fait la tournée des refuges avant le départ, je sais que le col, enfin tous les cols, sont pourvus de neige, et pas qu'un peu ! Les crampons et autres piolets ne sont pas nécessaires, la neige est "mollasse" ce qui rend plus « aisée » la progression, et en plus il n'y a pas de regel la nuit. La trace a été faite quelques jours auparavant par un groupe de bons marcheurs. Nous suivrons donc leurs pas.

    Giro del Re di Pietra (06-2019) Résumé en format PDF ... en bas de page (dès fois que ce soit trop long !)

    Tour du Monviso (06-2019)

    Tour du Monviso (06-2019)

     Tour du Monviso (06-2019)

     

    Tour du Monviso (06-2019) J1 : Grange del Rio 2012 m - Rifugio Vallanta 2450 m. Vallone di Soustra - Passo della Losetta 2872 m - Vallone di Vallanta - Sentiers U18, GTA, U13 et U9. +870 m / - 422 m. J'ai opté, pour un Giro en sens inverse avec un départ versant italien, histoire de changer un peu. Le classique départ depuis la Roche Écroulée est sympathique, mais le retour, sur l'interminable route asphaltée du Belvédère, pfff... une vraie sinécure. C'est interminable ! Le Vallone di Soustra, est nettement plus « charmant », il est vrai qu'ici, la vue sur le Viso est inexistante, il faut fournir quelques beaux efforts pour pouvoir le voir.

    Nous remontons, tranquillement le magnifique et verdoyant Vallone di Soustra – il n'a pas changé, il est comme dans mes souvenirs, ceux de 2005 - lorsque j'ai effectué le Tour du Pic d'Asti -. Les pâturages ont sorti leur plus beaux atours : vaches piémontaises à la robe claire ; pâturages vert tendre invitant volontiers à la sieste ; fleurs de toutes sortes, et de toutes couleurs, rivalisent d'audace pour montrer toutes leurs beautés ; et enfin, pour conclure sur ce beau vallon, en toile de fond, les montagnes encore recouvertes de quelques « timides » névés.

    12 h est passé, même bien passé. Les estomacs ont faim ; ça gargouille à tous les étages Tour du Monviso (06-2019). Une pause peut-être ? C'est chose faite, au bord du torrent … on aurait aimé un peu d'ombre, mais ici, il n'y a pas un arbre, pas un seul ! On déballe et on avale notre casse-croûte comme si l'on avait faim. Le chemin à parcourir jusqu'au Passo est encore long. Nous nous remettons en route, sans faire une petite sieste pfff Tour du Monviso (06-2019). Allez zou, c'est reparti, un pied devant l'autre, et hop en avant ! La montée se veut progressive, c'est comme en plongée, elle se fait par pallier. Un premier ressaut, puis c'est plutôt « plat » ; un deuxième... etc. Le dernier, est plus « sévère », et, est totalement recouvert d'un épais manteau neigeux. Chouette on avait envie de se rafraichir un peu. Je suis la trace à travers la neige : à droite à gauche, puis à flanc en mode ascendant : magnifique ! Cela mérite bien un bel effort, et quelques photos. Le Passo est en vue, mais pas que, derrière, oui en arrière-plan, le Mont Viso et ses 3841 m se dessine tout doucement. Quelques pas de plus, et nous y sommes ! On se prend le Viso en « pleine face » [en l’occurrence ici c'est la face nord-ouest] ! On ne peut pas être plus près … Fabuleuse la montée, et le finish magistral ! Nous nous posons quelques instants pour souffler un peu, et surtout, pour faire quelques belles (ou pas) photos. Un selfie, puis deux, et nous nous mettons en route. Il ne reste plus qu'à se laisser porter par la descente. Une descente tout aussi bucolique que la montée à travers le très beau Vallone di Vallanta, avec en prime le Mont Viso pour « compagnie ». Nous faisons une courte halte devant la caserne – bien fatiguée – pour « admirer » le « génie » militaire. Lors de mon passage en 2005, le barbelé était aussi nombreux que les fleurs, en 2019, il ne reste quasiment plus rien ; et c'est heureux.

    On se laisse porter par le chemin qui zigzague. J'ai opté pour le U9 et Pian Para pour arriver au Refuge ; ce qui sous-entend que nous devrons remonter une centaine de mètres, une fois en « bas ». On aurait pu emprunter le sentier balcon qui mène au Passo di Vallanta 2811 m pour rejoindre le Refuge, mais il eût été dommage d'emprunter ce chemin à l'aller et au retour.

    Dans le lointain, le Lago della Bealera Founsa 2440 m fait son apparition ; la bière n'est plus très loin, et le jeter de « godasses » aussi ! Finie la descente … il faut maintenant remonter vers le refuge. Une petite, toute petite montée, et nous voilà rendues ! Mes deux acolytes sont plus que ravies de cette première étape. Demain, le grand beau est annoncé, l'étape en sera d'autant plus appréciée qu'elle est belle, et assez variée : alpage, forêt, désert d'altitude, et quelques beaux névés à passer, avec en prime un panorama – quasi permanent - sur le Mont Viso - Monviso

    Une mousse, un café, 1 l d'eau, un bon repas, et une bonne nuit de repos … C'est ainsi que se conclut cette première belle journée.

     

    Tour du Monviso (06-2019)Tour du Monviso (06-2019)

    Tour du Monviso (06-2019) J2 : Rifugio Vallanta 2450 m - Refuge Quintino Sella al Monviso. Vallone di Vallanta – Grange Gheit 1912 m - Pian Meyer 2126 m – GDV/GTA/U9/U10/V30 – Lago Bertin 2700 m – Lago Lungo 2740 m – Passo S.Chiaffredo 2764 m – Passo Gallarino 2728 m. + 870 m /- 670 m.

     

    Les conditions d'enneigement en cette fin juin ne nous auront pas permis de passer par le Vallone delle Fociolline et le Colle Dante 3118 m. Bien dommage, mais c'est ainsi. Que ce soit d'un côté ou de l'autre, le « coin », de toutes les façons, est plus que beau, alors pas de regrets Tour du Monviso (06-2019)

     

    Après une nuit plutôt calme – enfin presque Tour du Monviso (06-2019) – et un bon petit déjeuner, nous voilà fins prêtes pour « affronter » cette belle journée ensoleillée. Départ matinal, pour cette deuxième étape, qui commence par une belle descente à travers le très beau Vallone di Vallanta, sous le regard « bienveillant » du Mont Viso. Gias della Balma 2161 m, Grange Soubeyran 2154 m, Gias d'Ajaut 2027 m, où une pause s'improvise pour passer en « mode short », et faire une séance de "crémage" : il fait chaud et le soleil cogne déjà en ce début de matinée. La journée va être belle, chaude et très ensoleillée ! La descente se poursuit, toujours dans la « joie et la bonne humeur ». Grange del Rio 1988 m, encore un petit effort et finie la descente. Nous bifurquons – plus que franchement – dans le secteur dit "Gheit" 1925 m, où nous franchissons le Torrente Vallanta, sur un joli petit pont. Une photo, puis deux, nous pénétrons maintenant dans une magnifique forêt de mélèzes et surtout de pins cembro. Les rhododendrons ne sont pas en reste, ils sont en fleurs ; le rose flamboyant de leurs fleurs apporte une note très colorée à tout ce vert. Vert qui se décline dans tous les tons : tendre, foncé, clair. Nous remontons le très beau Vallone delle Giargiate, la montée se fait par quelques bons lacets, nous avons quitté le sentier U09, et sommes passées sur le U10 [c'est ainsi que sont notés les sentiers dans le Piémont, il faut être parfois vigilent car les U10 ou V10 peuvent aussi se décliner avec une lettre V9a etc ... le chemin de fait n'est pas le même. Ici aucun souci, le GDV est fort bien balisé. Même en cas de nebbia – le brouillard local – le balisage est tellement serré qu'il est difficile de se perdre, enfin presque]. Après quelques efforts, dans le Vallone delle Giargiatte,  la végétation commence à se faire plus discrète, nous délaissons tout doucement la forêt pour pénétrer dans un « désert d'altitude » où le caillou est « Roi ». Ici aussi nous progressons par « palier » : montée, plat, montée, plat etc. Le secteur est très chaotique, et plutôt esthétique. Une petite pause, avant l'entame de la dernière montée à travers le cône d'éboulis du Vallone delle Giargiatte. Un pas, puis deux, un petit névé, et nous voilà rendues au pied du Lago Bertin 2701 m. Que de souvenirs, et ils remontent à loin, voire très loin. Mon premier tour c'était en 2003 ; 16 ans déjà. Le temps passe, et passe vite. Tout est identique – ou presque – à mes souvenirs, le petit truc en plus c'est la neige. La neige qui s'invitera dans nos godillots quelques lacets plus loin sous le Passo San Chiaffredo 2764 m. C'est toujours aussi beau, aussi « grandiose ». Nous poursuivons en direction du Passo Gallarino 2728 m, ici le sentier est sec – voir très sec -. Contraste saisissant avec le secteur que nous venons de passer, très enneigé. 

     

    Giro del Re di Pietra (06-2019)

     

    L'heure syndicale a sonné ; les estomacs demandent à être « remplis ». Nous nous poserons, sous le Passo Gallarino 2728 m, face au Viso Mozzo 3015 m et, à son grand « frère » le Mont Viso 3841 m ! On va encore bartasser « un peu » dans la neige pour rejoindre le Refuge, qui se dessine dans le lointain... Mais ça c'est pour plus tard ; pour l'heure, on déleste de quelques grammes nos sacs, on remplit nos estomacs, tout en contemplent les merveilles de la Nature. Personne à l'horizon ; le ciel est toujours aussi bleu ; le soleil nous chauffe toujours le crâne … tout ceci n’incite guère à la marche, mais plutôt à la rêverie. J'engage une bataille avec un caillou un peu récalcitrant pour faire un petit somme ; il aura le dernier mot, et moi une sieste un peu hachée, voir quasi inexistante Tour du Monviso (06-2019) ! Bref, au final j'irai faire quelques photos des rares fleurs qui, on ne sait trop comment, arrivent à pousser ici, dans cet univers totalement minéral. Mes acolytes, préfèrent allez voir plus haut, et un peu plus loin de quoi l'horizon est fait. La pause finie, nous filons vers le Refuge. J'ai en ligne de mire le Viso Mozzo 3015 m, j'aimerais bien, si possible, y faire un saut ; je jette un œil à ma montre, oups … il est, hélas, un peu tard, le temps d’arriver refuge et de se délester du sac, il sera 17 h. C'est un peu court pour faire cette ascension. Dommage. Refuge Quintino Sella al Monviso : un beau et grand refuge ; avec un accueil plus que sympathique. J'y suis souvent passée devant sans jamais m'y arrêter pour dormir. En 2003 j'ai bivouaqué un peu plus bas. Je lui ai toujours préféré son voisin le Refuge Alpetto 2268 m, qui se situe un peu plus loin, et un peu plus bas. Au final, il est plutôt pas mal !

     

    Dépose des sacs, dé-laçage des pompes, petite douche … Bref, tous les rituels habituels du soir après une journée de marche ; même si celle-ci ne fût point poussive, mais ça fait du bien quand même ! Une petite mousse histoire de. Aux abords du refuge quelques bouquetins font l'attraction, de fait les paparazzis sont de sortis. Après un bon repas, nous voilà parées pour « affronter » la nuit …

    Demain on se lève tôt, car la journée sera longue, très longue jusqu'au Refuge du Viso !

    Tour du Monviso (06-2019)Tour du Monviso (06-2019)

    Tour du Monviso (06-2019)Tour du Monviso (06-2019)Tour du Monviso (06-2019)

    Tour du Monviso (06-2019)

     

     

    Tour du Monviso (06-2019)

    Tour du Monviso (06-2019)

     

    Sulla Via del Sale ...

     

    Tour du Monviso (06-2019) J3 : Refuge Q. Sella 2640 m - Refuge CAF du Viso (France) : + 1000 m 6 à 7 h / hors pauses. Par la "Buco di Viso" 2882 m [Pertuis du Viso ou tunnel de la Traversette] . A défaut du Couloir du Porc, mais aussi du Sentier du Postier, impraticable à cause de la neige Tour du Monviso (06-2019) De plus les gardiens du Refuge Giacoletti n’avaient pas encore équipé le « Postino ». Option retenue pour cette édition 2019 : 'le tracé classique" : c'est à dire par Pian del Re, le Lago Fiorenza et les sources du Pô. Une "presque" jolie découverte...

    Après une nuit un peu agitéeTour du Monviso (06-2019)… Je sors aux premières lueurs du jour, histoire de voir l'humeur du ciel. Des petits nuages étaient annoncés. J'hume l'air, regarde le ciel. Dans le lointain, des bruits sourds se font entendre. Il y a de l'orage dans la vallée, loin, très loin. Ça sent la nebbia à plein « nez » c'tte affaire là Giro del Re di Pietra (06-2019) !! Je rejoins mes compagnons de route, nous petit déjeunons copieusement car la journée va être longue, il faut prendre quelques « forces ».

     

    Préparatif des sacs, remplissage des « gourdes », laçage des pompes, dépliages en bonne et due forme des bâtons ... Un œil sur le ciel, bien gris, et deux photos plus tard, nous nous mettons en route à un pas « assez » cadencé. Le Colle dei Viso 2655 m, est vite atteint, normal il se situe à quelques enjambés du refuge. Devant nous un groupe avec un guide, ils sont plutôt nombreux. Nous leur collons le train ; c'est plutôt « cool » cela va nous éviter de faire la trace dans la neige ! Quoique … Nous filons sur le V13/GDV (pour Giro dei Viso) à un rythme toujours soutenu. On double le groupe qui fait une pause non pas contemplative mais explicative – ce qui prend un peu de temps - dommage que les commentaires soient en italien -. Nous, nous ferons une petite pause photo, un peu plus loin. Le Lago Chiaretto, attire toujours autant les photographes en herbe, tant il est beau. Le ciel s’assombrit ; le nebbia monte, elle « mange » une partie des cimes. Pour l'heure la visibilité est correcte, par contre on repassera pour la vue bien dégagée sur les paysages ! Dommage, je ne connais pas ce coin, j'aurais bien aimé le voir sous le soleil ! Qu'importe, nous poursuivons toujours à un rythme soutenu – d’ailleurs je me demande bien pourquoi, après coup, nous avons marché si vite ! - Y'avait personne qui nous courrait derrière pourtant Tour du Monviso (06-2019) ! Bref... Le chemin que nous empruntons est plutôt esthétique quand il se laisse voir, avec quelques passages en balcon – un peu aérien par endroit - mais rien de bien méchant. Nous « déboulons » sur le Lago Fiorenza 2113 m, que l'on devine tout juste, à cause de la nebbia Tour du Monviso (06-2019). Nous manquerons de "pulvériser" sous nos semelles usées, la très jolie et plutôt rare Salamandre de Lanza. Une petite bête sympathique, endémique du Pays du Viso, toute de noir vêtue. Nous cheminons toujours à "un rythme d'enfer", passons les sources du Pô sans les voir, non pas que l'on marchait trop vite – quoique – mais la nebbia, encore elle - était bien épaisse à ce moment-là. Un pont – plutôt "imposant" - plus tard, nous voilà à Pian del Re, sous le soleil, et sous le regard « amusé » du Viso ! Pfffffff ... Le Giro, réserve toujours de drôle de surprises ! Une pause s'improvise à Pian del Re, depuis Q. Sella, nous n'avons pas fait de pauses – hormis quelques arrêts photos -. Nous délestons nos sacs de quelques grammes de chocolat, de brioches et de quelques fruits - biens - secs ; certains passent en mode « short ».

     

    Après ce petit quart d'heure sympathique, nous nous remettons en route, le plus gros du dénivelé reste à faire, soit env. 950 m, et en voyant le chemin qui monte devant nous, ça commence plutôt « bien » : ça grimpe dur, re-pffffffffff !! La nebbia est de retour – elle n'était pas partie bien loin, mais disons qu'elle s'était faite discrète - ; et pour sûr, je sens que ça va être coton là-haut pour s'orienter !! Montée, replat, montée … Et la nebbia qui est  de plus en plus présente et dense – on se voit à peine par moment ! - le chemin pour l'heure, est encore visible sous nos pas. Il est plutôt confortable, les balises – un poil farceuses – se distinguent encore. Nous passons Pian Armoine, nous sommes à la croisée des chemins, pour nous c'est "tout droit", dans la « purée de pois » et accessoirement dans la neige. Après 4 lacets, je croise deux personnes qui descendent du Col de la Traversette ; nous échangeons quelques mots - en italo-français -, et me disent de bien suivre les traces dans la neige, car la visibilité est plus que réduite là « haut » ! Hé bé, quelle journée  ! Effectivement, le chemin, laisse place maintenant à un immense névé. Dans le lointain des éclats de voix : un groupe semble s'être égaré dans la nebbia. Ils nous ont entendues et se dirigent vers nous ; soulagés de retrouver, enfin la « route » ! Difficile de voir où je suis, et où l'on est ; les balises sont recouvertes par la neige. J'aperçois un cairn – le seul visible dans le coin -, nous suivons toujours les traces dans la neige. La nebbia se fait moins dense, mais ce n'est pas pour autant que la visibilité est meilleure, non, loin de là ! Le nez en l'air à la recherche d'une trace rouge/blanche : Là ! Purge … nous retrouvons le sentier, où quelques plaques de neige font encore de la résistance. Un pas puis deux, et je tombe nez à nez avec un « jeune homme » tout de blanc vêtu ; après quelques échanges - , il me confirme que nous sommes plus très loin de la caserne, et me donne par la même occasion la marche à suivre pour trouver le Buco dei Viso : "au-dessus de la caserne, il y a une bonne trace, qui monte droit dans la pente, après deux lacets !" Le tout dans un bel italien. Bien sage. Je visualise la caserne, dans mes souvenirs, elle se situe – presque – sous le col, col impraticable car enneigé et plutôt exposé aux chutes et autres glissades que ce soit versant italien ou français d'ailleurs - ; ça tombe bien on n'y passe pas.

     

    Et cette nebbia toujours aussi Tour du Monviso (06-2019).... Nous voici dans le secteur Pian Mait di Viso 2719 m. La caserne, enfin, fini ou presque de monter ! Un lacet, puis, on lève le nez, les traces sont là. C'est effectivement, tout droit dans la pente. Hé bé, mes aïeux, je sens que ça va être « rigolo ». Et c'est partie pour une bonne suée ; nous bartassons dans la neige, la trace a beau être faite, ça glisse par moment sous la godasse ; la neige est molle, et s'amuse à rentrer dans nos godasse. Un pur moment de fraîcheur ! Je fais quelques pauses, lève le nez à l'affût d'une trace rouge et blanche, elle devrait ne pas être très loin devant moi. Vue ! Le Buco dei Viso, est juste au-dessus de nous. Tour du Monviso (06-2019) "Dame Mimi" suggère de passer à main droite, sur une langue de terre, se sera moins pénible à remonter, et surtout un poil moins "humide" ! – Merci pour l'idée, c'est vrai que c'est un peu plus confort, même si par endroit le terrain est un peu « mou » - Je trouve un coin, propice pour faire une courte pause. Je laisse mes acolytes, et je grimpe en direction du tunnel. Heu, la neige a totalement obstrué l'entrée, il faut fournir quelques efforts et faire quelques acrobaties pour la trouver ! Épique cette montée, mais magique, et féerique avec cette nebbia ! Sous le soleil cela aurait été moins rigolo, ou pas … Mes acolytes me rejoignent, je jette mon sac - oups -, je descends dans le tunnel, en marche arrière sur le névé. Une dame, puis deux ; nous voilà toutes les trois dans le Tunnel du Viso. Une frontale, puis deux, quelques mètres, et le jour se dévoile. Le soleil nous cueille versant français, il n'est pas franc, car la nebbia est encore là – un peu, mais pas trop – car on distingue plutôt bien le Cirque de la Traversette, et le ciel bleu. Deux acrobaties plus tard, nous voilà sorties ! Enfin … Purge qu'elle étape ! Il nous aura fallu près de 5 h pour arriver jusque-là. Dans une heure, tout au plus, nous sommes au refuge. Mais avant, une bonne pause s'impose, on l'improvise au sortir du Cirque de la Traversette, sur de belles dalles, baignées par le soleil.

     

    Le Cirque est magnifique, la neige est encore bien présente. Sur les hauteurs le Col de la Traversette est plâtré à souhait, tout comme le Passo di Vallanta qui se trouve loin, très loin. Dépose des sacs, jeté de chaussures, et de chaussettes histoire de faire sécher le tout. C'est le moment de la pause, quelques bruits suspects se font entendre, ce sont nos estomacs, ils ont faim tout simplement. Deux heures plus tard – si si, et la sieste, alors ? - nous nous remettons en route. En mode descente toute ! Le Viso se dévoile dans le lointain ; toujours aussi beau. Comme c'est la « star » du secteur, il fera une fois de plus les frais de nos infatigable APN. Le refuge, où nous retrouvons le groupe et son guide du matin. Les rituels habituels « des arrivées », quelques photos, et un repas - enfin si l'on veut - plus tard, nous fondons sous nos couettes, repues non pas par ce que nous avons trop mangé – faut pas rêver ! - mais repue de notre belle journée de marche.

     

    Demain, c'est la fin du tour. Au menu, de cette dernière étape : une montée un poil raide, suivie d'une traversée, puis d'une courte montée, pour finir par une longue, très longue descente... Le tout sous un beau ciel bleu à ce qu'il paraît !

    Giro del Re di Pietra (06-2019)Tour du Monviso (06-2019)

    Tour du Monviso (06-2019)

     

     

    Tour du Monviso (06-2019)

     

    Sur la variante C du GR58, la Via Alpina et la GTA ...

     

    Tour du Monviso (06-2019) J 4 : Refuge CAF du Viso 2460 m aux Granges del Rio. Les sources du Guil : Lac Lestio 2510 m, Col de Vallanta 2811 m - Passo della Losetta 2872 m - Vallone di Soustra + 500 m/ - 900 m/ 5 h à 6 h – hors pauses.

    Dernière journée au pays du Viso. Une dernière belle étape le tout sous un franc soleil. Après un coucher un peu tardif (et surtout involontaire) – il y avait la « teuf » au refuge, le lever est de fait un peu « rude » Tour du Monviso (06-2019). C'est un peu au radar, que j'emballe mes affaires. Pendant ce temps, Mimi, qui a visiblement passée une mauvaise nuit, à cause d'une vilaine ampoule, demande "assistance et secours" Tour du Monviso (06-2019)! "Y'a pas d'pompier bodybuilder", mais une infirmière Giro del Re di Pietra (06-2019)- hors pair - dans l'dortoir". Après une séquence « charcutage »Tour du Monviso (06-2019) dans les règles de l'art, Mimi retrouve enfin le « sourire » : « libérée – délivrée », comme le dit si bien la chanson. Heureusement que c'est notre dernière étape, marcher avec une entame pareil au talon Tour du Monviso (06-2019) ça ne va pas être une partie de plaisir ! On finit de ranger notre bazar, de plier les couettes, et filons petit déjeuner face au Viso.

     

    Repues ou presque, nous voilà fin prêtes pour cette dernière journée. Un échange de chaussures, deux lacets, trois sacs à dos, et 3 litres d'eau plus tard, nous voilà sur le chemin de retour. Le guide et son groupe nous ont devancées ; ils finissent eux aussi leur Giro. Direction le Passo di Vallanta et ses 2811 m ; nous sommes à la fois sur la GTA [Grande Traversata delle Alpi], sur le GDV et sur la fameuse Via Alpina ! Aucunes difficultés pour l'heure, il suffit de se laisser porter par ce très beau chemin panoramique moult fois foulé par des marcheurs. Le Passo di Vallanta est plâtré à souhait, aujourd'hui encore nous allons "bartasser" dans la neige fraîche ; ça sent la chaussette mouillée c'tte affaire-là Tour du Monviso (06-2019) ! Quelques pauses photos plus tard, nous sommes rendues au Lac Lestio 2510 m, où nous retrouvons le groupe et son guide. Ils sont à l'arrêt pour quelques explications de « texte ». Le « Lestio » c'est un joli lac niché au cœur d'un beau cirque, au pied du Passo di Vallanta ; c'est aussi et surtout là que le Guil prend sa source. Nous poursuivons, le groupe nous a nouveau devancées ; et nous marchons à nouveau derrière eux ; et au final nous monterons "d'ré dans l'pentu", derrière eux Tour du Monviso (06-2019) ! Eux plus nous, cela donne une jolie colonne de bipèdes bigarrés et multicolores quelque peu bavards. La montée n'est pas longue, mais purge, elle est raide, et le terrain parfois pas très confortable, il faut dire que nous ne sommes pas sur le sentier. La piste « originelle », est un poil plus loin, mais pas très fréquentable car bien enneigée. L'option « d'ré d'ans l'pentu » à travers la moraine est la bonne option pour monter « vite » et « bien » ; c'est aussi un poil plus stable même si par endroit c'est un peu « mou » ; la neige était là il y a peu. Après une quarantaine de minutes d'efforts nous atteignons la neige, et comme nous sommes toujours derrière notre groupe, hé bé on n’a pas trop de mal à avancer Giro del Re di Pietra (06-2019) ! Surtout que la trace est quasi inexistante ! On file maintenant à flanc – ou presque – on prend de l'altitude tout en douceur. Le maître des lieux, le Mont Viso, et là, en majesté, sous un beau et franc soleil. La « colonne » s'arrête pour immortaliser le tout, et pour une pause selfie aussi. Nous ferons office de photographe ; c'est quand même plus pratique ! Le col est presque en vue, encore quelques mètres et « hop » nous y voilà ! Une petite pause photo s'improvise avec le groupe et son guide. Nous échangeons quelques mots, nous souhaitant une bonne fin de Giro. Nous, nous devons fournir encore un petit effort, pour monter vers le sentier balcon qui doit nous « ramener » au Passo della Losetta 2872 m. [En cas de nebbia, il vaut privilégier le sentier U13, c'est à dire : descendre jusqu'au refuge, puis remonter vers le Passo. Le sentier, tout en balcon, fort esthétique au demeurant, requiert de l'attention, il est par endroit exposé au vide, et à d'autre il est délité. Dans la « purée de pois », il n'est pas aisé de s'y « promener ». Il vaut mieux privilégier un temps clair et sec] Ça tombe bien, cette début de journée est plutôt radieuse ! On s'élève tout doucement. Quelques pauses pour immortaliser – encore – le Mont Viso, c'est qu'il est plutôt imposant et omniprésent ! Le Vallone di Vallanta n'est pas en reste. Même si ce tour est fréquenté, il n'en reste pas moins un très beau tour. Un tour 4 étoiles. Le Passo della Losetta 2872 m, où la foule des grands jours s'est donnée rendez-vous ! Ah, c'est vrai, on est dimanche, et le dimanche certaines personnes aiment bien se lever tôt pour venir crapahuter dans la montagne. Ici, l'objectif c'est la Monte Losetta ou Pointe Joanne, un petit 3000 m [3054 m], pas trop compliqué à gravir - enfin presque -. Je lève la tête, il y a déjà du monde là-haut ! J'avais envisagé un temps son ascension... ce sera probablement au menu d'une autre journée. Depuis notre passage, quatre journées ont passé, la neige – enfin le grand névé – qui se situe sous le col, a un petit peu fondu. Il y a du monde qui monte ; c'est un peu le bazar au niveau des traces. Je file par le même chemin qu'à l'aller, suivie de près par Mimi. Le troisième « larron », a filé par un autre chemin « d'ré d'ans l'pentu » enfin, ici la pente elle monte pas, elle descend et pas qu'un peu. Nous nous retrouverons un poil plus bas. La Vallone di Soustra, est toujours aussi beau. Nous entamons à présent la longue descente vers les Granges del Rio.

    Le Giro 2019, est fini … et quel beau tour ! Magnifique ... une fois de plus !

    Tour du Monviso (06-2019)

    Tour du Monviso (06-2019)Tour du Monviso (06-2019)

     Librement inspiré des 3 tours déjà effectué, autour du Mont Viso ...  


     

     Giro del Re di Pietra (06-2019) Côté difficulté technique

    De T2 à T3. [Selon l'échelle de difficulté du CAS]  T3 : en raison de la quantité de neige rencontré sur les secteurs : Passo della Losetta 2872 m, Col de Vallanta 2811 m, Buco dei Viso avec en plus de la neige, "l'épaisseur" du brouillard, où l'orientation fût délicate. Être très attentif à  la Nebbia (brouillard), fréquente sur le versant italien, qui peut rendre l'orientation difficile, voire paumatoire. Crampons et piolet peuvent-être nécessaires en début de saison ou si des névés persistent : Col de la Traversette entre autre. Se renseigner auprès des gardiens des refuges. Carte et boussole indispensable, GPS conseillé. Accessible aux randonneurs ayant une bonne maîtrise de l’orientation et  une expérience élémentaire de la montagne.

     

    Giro del Re di Pietra (06-2019) Côté équipement

    Tout l'équipement nécessaire à l'itinérance en refuge

     

    Giro del Re di Pietra (06-2019)Cartes

    • Édition IGC : n°106 Monviso, Sampeyre, Bobbio Pellice 
    • Éditions Fraternali : carte n°10 : Valle Po, Monviso 1/25 000. Édition 2005. Attention ces cartes ne développent que la partie italienne contrairement aux éditions de l'IGC. Certaines de ces cartes existent avec un traitement contre la pluie et les déchirures.
    • Carte IGN : Montviso St Véran 3637 OT 

     

    Giro del Re di Pietra (06-2019) Hébergements


    Giro del Re di Pietra (06-2019)Résumé ...

    « Escapades ... (2019)Tour du Mourre de Chanier (10-2019) »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :